Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour améliorer votre expérience sur notre site, évaluer l'implication de nos utilisateurs et améliorer nos services, pour plus d'informations, cliquez sur le bouton "Plus d'informations". En continuant à naviguer sans modifier les paramètres de votre logiciel de navigation, vous consentez à l'utilisation des cookies sur votre terminal. Plus d’informations

Qualité de l’air intérieur

Nous passons presque 90 % de notre journée en espaces fermés et l’air que nous respirons chez nous influencent notre santé et le bien-être de toute la famille. Une bonne qualité de l’air intérieur fait donc partie intégrante d’une maison confortable, saine et sûre.
Ce qu’en disent les études
Vivre à l’air libre est une habitude pour très peu de personnes. Même lorsque nous sommes à l’extérieur, notre quotidienneté se déroule entre l’école, le bureau, la salle de gym, les magasins : des espaces fermés où la qualité de l’air que nous respirons doit être à la hauteur de notre bien-être. Mais ce n’est pas toujours comme ça. L’Environmental Protection Agency américaine a déclaré que l’air des lieux fermés peut être 5 fois plus pollué que celui externe. Et ce ne sont pas seulement les substances dispersées dans l’air qui menacent la qualité de nos espaces internes.
«Un bon environnement est le résultat synergique de microclimat interne (température et humidité), confort acoustique, faible concentration de substances dispersées dans l’air, qualité et luminosité intense.» Ing. Demattio, Agenzia Casa Clima
Substances dispersées dans l’air et contrôle de l’humidité
Un bon sommeil, la juste concentration, une agréable sensation de bien-être dépendent donc de la qualité de l’air que nous respirons. Il est possible d’en prendre soin, en purifiant par exemple l’air de notre habitation des principales substances irritantes. Lesquelles ? Les poussières fines et ultrafines, bien que produites principalement par la pollution externe, sont une présence nocive des environnements non dotés d’un recyclage constant de l’air. À ceux-ci s’ajoutent les Composés Organiques Volatiles (les COV : substances émises par les meubles, la peinture, les produits cosmétiques et les détergents) et les pollens, la moisissure, les bactéries : parmi les principaux responsables de l’aggravation des symptômes chez les personnes souffrant d’allergie. Même le pourcentage d’humidité de l’air est important, il doit se maintenir un niveau compris entre 50 % et 60 % pour éviter la sécheresse et les irritations tout comme la prolifération des moisissures et des bactéries.
Créer une maison confortable est désormais possible. Quelques gestes suffisent, simples mais consciencieux unis à l’utilisation de produits spécifiques pour le traitement de l’air.
Des habitudes quotidiennes bonnes et saines
Même si la réduction de la pollution atmosphérique ne dépend pas uniquement de nous, l’amélioration de la qualité de l’air externe elle, en dépend. Avec de simples gestes quotidiens il est possible de réduire les émissions de substances nocives provenant de notre habitation. Des exemples ? Nettoyer et aérer les tapis (milieu idéal pour les acariens et les bactéries). Ne pas fumer à l’intérieur et limiter l’utilisation des bougies. Utiliser, pour les tâches ménagères, des chiffons en microfibres et des substances naturelles comme le vinaigre blanc et les copeaux de savon. Laver régulièrement les filtres des climatiseurs. Aérer les vêtements retirés du pressing avant de les ranger dans l’armoire.